Les smartphones pliables sont, à ce jour, une révolution qui n’est qu’à moitié achevée. Ils sont apparus sur le marché en 2019 mais, malgré les progrès objectifs réalisés, ils peinent à décoller. Il ne s’agit pas d’un simple problème technique, mais plutôt d’un manque d’intérêt de la part du marché. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 3,1 millions d’appareils de ce type ont été vendus en 2020. Une goutte dans l’océan, probablement encore trop peu pour attirer l’attention d’Apple.

Les rumeurs concernant un iPhone pliable circulent depuis un certain temps. Le fait qu’il soit inscrit à l’ordre du jour de la société de Cupertino peut désormais être considéré comme une évidence. La question est de savoir combien de temps il faudra pour la voir dans les mains de Tim Cook lors d’une keynote. La question est complexe et mérite d’être analysée de plusieurs points de vue.

Quel marché pour un iPhone pliable ?

Il est peu probable qu’Apple propose une innovation aussi radicale sans la certitude d’un succès commercial. L’époque de l’expérimentation sous la direction de Jobs est révolue. Le marché des smartphones pliables ne devrait pas exploser à court terme, mais croître lentement et progressivement. Un rapport de Gartner daté d’avril 2019 parle de 30 millions d’unités vendues par an d’ici 2023. L’année dernière, on en comptait 3,1 millions, et d’ici 2021, on en attend un peu plus de 10 millions.

Une estimation concrète donc, pour un segment qui pourrait potentiellement cube jusqu’à environ 90 millions d’unités vendues par an en 2025. La société basée à Cupertino vend en moyenne 70 millions d’iPhones par trimestre. L’ensemble du marché des smartphones place environ 350 millions d’appareils tous les trois mois. Vous pouvez constater que ces chiffres ne sont pas très enthousiasmants pour le pliable, mais ce n’est pas seulement une question de quantité.

Mais ce n’est pas qu’une question de quantité, on sent qu’Apple est prêt à réfléchir à la qualité, d’un point de vue économique. Il s’agirait de dégager sur chaque iPhone pliable vendu une marge telle qu’elle justifie sa production et, surtout, le risque d’un éventuel préjudice d’image (peut-être généré par des problèmes techniques, ou par un très faible nombre d’unités vendues). Si, toutefois, cet appareil devait coûter 3 000 euros (ce chiffre est aléatoire), le point de vue du géant californien changerait probablement.

Combien de personnes seraient prêtes à payer une telle somme pour un iPhone flambant neuf ? Beaucoup, l’histoire nous le dit. Mais dans ce cas, les facteurs sont si variés qu’il est difficile de faire une prédiction.

Ce qu’il faut attendre sur la technique

Il y a encore beaucoup de doutes à ce sujet. Apple a déposé deux brevets en contradiction l’un avec l’autre. D’une part, un form-factor pratiquement identique à celui de la Surface Duo de Microsoft, avec deux écrans internes qui se replient sur eux-mêmes grâce à une charnière centrale. De l’autre, un format clamshell, dans la lignée du Galaxy Z Flip, avec un seul écran flexible qui pourrait être fourni par Samsung.

Il est peu probable que la société de Cupertino opte pour l’un ou l’autre. Ce qui est certain, en revanche, c’est le rôle joué par Samsung, qui, comme c’est le cas depuis des années avec les iPhones, sera également le principal fournisseur du modèle pliable. Toutefois, le fait que les différentes entreprises chinoises spécialisées dans les accessoires n’aient pas encore commenté le facteur de forme final laisse penser qu’Apple elle-même n’a pas encore émis de réserves.

L’un des problèmes techniques semble être la température du ou des panneaux. Un froid excessif pourrait en effet entraîner un raidissement du composant organique, l’exposant ainsi au risque de rupture. Le géant californien étudie donc des solutions pour “chauffer” l’écran et maintenir ainsi sa température constante. Il est question d’intégrer un certain nombre d’éléments supplémentaires ou d’utiliser directement les pixels à cette fin.

Il serait toutefois anachronique de parler de processeurs, de résolution d’écran et de modules photo. C’est encore trop prématuré, et nous tomberions dans des hypothèses qui ne sont pas étayées par des éléments concrets. Aussi parce que, de ce point de vue, tout dépendra du moment où Apple décidera de mettre l’iPhone pliable sur le marché.

iPhone pliable : Quand sera t-il disponible ?

Il est peu probable qu’Apple soit en mesure de le présenter en 2022. Le marché n’est pas encore très réactif à ces dispositifs et il faudra un certain temps pour surmonter les limitations techniques. L’année 2023 semble la plus probable, et le calendrier du lancement devrait rester le même : une keynote entre septembre et octobre, suivie d’une déferlante de magasins à l’approche du Black Friday et des fêtes de fin d’année.

La gamme “classique” d’iPhone ne devrait pas changer. L’iPhone pliable sera positionné dans un tout nouveau segment, bien différencié même des modèles Pro. Après tout, le succès commercial dépendra aussi de la capacité de la firme de Cupertino à ne pas faire en sorte que ses smartphones se cannibalisent entre eux.

Ce sera un défi à bien des égards. Aussi parce que le monde Android aura plus de temps pour affiner ce qu’il a fait ces deux dernières années. On en aura un avant-goût le 11 août, lorsque Samsung lèvera le rideau sur les Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.