Xiaomi poursuit son chemin de croissance, désormais également alimenté par le vide laissé par Huawei notamment sur les marchés occidentaux. Forte de plus de 100 milliards de dollars de capitalisation, l’entreprise a clôturé une année 2020 très positive malgré les difficultés liées à la pandémie de Covid-19. Le chiffre d’affaires et les bénéfices ont connu une croissance à deux chiffres, et cela concerne aussi bien l’année entière que le dernier trimestre, vraisemblablement le plus représentatif car lié aux achats pour les fêtes.

Notre activité mondiale s’est remise de l’impact de la pandémie de Covid-19 et a maintenu une croissance régulière, explique l’entreprise. La demande de nos produits est restée stable [et au second semestre], nos performances commerciales ont pu connaître une reprise exceptionnelle.

N’oubliez pas que la moitié des revenus de Xiaomi sont générés à l’étranger (49,8 % pour être précis). Preuve en est la troisième place occupée dans le classement mondial des fabricants de smartphones par nombre d’unités livrées. Au quatrième trimestre de 2020, l’entreprise chinoise a fait mieux que seuls Apple et Samsung, et en France, elle a connu une croissance importante.

Les chiffres en bref

2020

  • Chiffre d’affaires : 31,8 milliards d’euros, +19,4% par rapport à 2019 ;
  • Marge brute : 4,8 milliards d’euros, +28,7% ;
  • Bénéfice net : 1,7 milliard d’euros, +12,8% ;
  • Bénéfice par action : 0,11.

Q4 2020

  • Chiffre d’affaires : 9,1 milliards d’euros, +24,8% ;
  • Bénéfice brut : 1,5 milliard d’euros, +44,4% ;
  • Bénéfice net : 414,3 millions d’euros, +36,7%.

Smartphones

Le marché des smartphones a généré un chiffre d’affaires de 19,7 milliards d’euros en 2020, soit 2/3 du total Xiaomi et une hausse de 24,6 % par rapport à l’année précédente. Cela équivaut à 146,4 millions de smartphones livrés (+17,5%). D’excellents résultats même si l’on limite l’analyse au dernier trimestre, avec 42,3 millions de smartphones livrés (+29,7%) et un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros.

La stratégie de double marque Mi – Redmi Note est payante, dit l’entreprise, et affecte aussi dans le calcul final l’augmentation de la part de marché en Chine : Xiaomi était prête à profiter des répercussions de l’interdiction américaine en partageant avec Oppo et Vivo la part de marché perdue par Huawei.

  • 10 millions de smartphones haut de gamme livrés dans le monde (à partir de 300 €) ;
  • 30 millions de Redmi Note 9 (et séries connexes) expédiés dans le monde entier de mars (le début) à la fin de 2020 ;
  • 1 million de Mi 11 vendus en 21 jours ;
  • ASP +6,1% (€135).

AIoT : La stratégie porte ses fruits

Le secteur de l’IoT (Internet of Things) s’est également très bien porté, soutenu par le plan quinquennal smartphone + AIoT mis en place par Xiaomi en 2019 : la croissance annuelle a été de 8,6 % (8,7 milliards d’euros), une tendance qui s’est essentiellement confirmée au dernier trimestre 2020.

  • 12 millions de téléviseurs intelligents livrés en 2020 ;
  • 10 millions d’enceintes IA ;
  • 15 millions de routeurs WiFi ;
  • 324,8 millions d’appareils connectés à la plateforme AIoT de Xiaomi (hors smartphones et ordinateurs portables).

Le secteur des services Internet est également en croissance (3,1 milliards d’euros, +19,7%), au sein duquel on trouve également des indications sur l’utilisation réelle de l’interface propriétaire MIUI : les utilisateurs actifs mensuels sont 396,3 millions (+28%) – 111 millions en Chine – tout comme les utilisateurs actifs mensuels des Smart TV et des Mi Box sont en augmentation (40,9 millions).

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.