Nous savons déjà pas mal de choses sur le prochain smartphone pliable de Huawei, même si des détails importants sur les spécifications manquent. Le P50 Pocket a été présenté dans une série d’images de presse hier et la société a confirmé qu’il sera dévoilé le 23 décembre. Le smartphone présente un format à clapet qui le place en concurrence directe avec le Galaxy Z Flip3 de Samsung, du moins sur le papier. Pour déterminer s’il parviendra réellement à contester la proposition du constructeur sud-coréen sur ce segment de marché spécifique, nous devons toutefois connaître les détails de ses caractéristiques techniques. Les rumeurs qui circulent ces dernières heures permettent de faire la lumière sur cet aspect en attendant le lancement officiel.

Spécifications techniques attendues

Ross Young, de DSCC, a fourni des indications intéressantes sur la taille de l’écran, tandis que des rumeurs concernant le SoC, la batterie et les caméras proviennent également du marché chinois. Pour résumer :

  • Écran intérieur flexible : 6,85 pouces.
  • Écran extérieur : 1″ (forme circulaire)
  • SoC : Kirin 9000, connectivité 4G uniquement
  • Caméras externes :
    • Capteur principal de 50 Mpx, IMX766 ;
    • Capteur 13MP avec objectif ultra grand angle ;
    • Capteur 8MP avec objectif zoom 3x ;
  • Batterie : 4 100 mAh avec prise en charge de la charge rapide de 66W

Premier comparatif

Si ces spécifications sont confirmées, le P50 Pocket l’emporterait sur son concurrent direct Z Flip3 sur plusieurs fronts : il dispose d’un écran interne plus grand, d’un compartiment photo plus riche et d’une batterie de plus grande capacité avec prise en charge de la charge rapide de 66W (15W pour le Z Flip3). Le Z Flip3 prend sa revanche avec un SoC plus puissant (Snapdragon 888), un écran externe presque deux fois plus grand (1,9″) et une connectivité 5G.

L’esthétique fait débat : d’après les images montrées jusqu’à présent, il semble que Huawei vise un look plus frappant, conforme à celui des téléphones dits de luxe, tandis que Samsung préfère un style plus sobre, sans négliger l’attention portée aux variantes de couleurs.

Au final, cependant, la principale différence entre les nouveaux smartphones de Huawei et ceux des fabricants non soumis à l’interdiction américaine demeure : l’impossibilité persistante d’utiliser les services Google. Une circonstance qui risque de pénaliser ce produit aussi, s’il franchit les frontières du marché chinois.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.