La semaine dernière, Mark Zuckerberg a annoncé le changement historique du nom de l’entreprise (et non du réseau social) en Meta, décrivant sa vision de l’avenir et du métavers à venir. Une rupture avec le passé qui intervient alors que l’entreprise subit une forte pression médiatique, notamment chez elle, où la publication des “Facebook Files” a suscité beaucoup d’émoi (rouvrant ces plaies jamais vraiment cicatrisées par le scandale Cambridge Analytica).

Facebook change de nom et devient Meta

Et ce lifting, ce changement de visage, passe aussi par l’abolition du mécanisme de reconnaissance faciale. Meta, dans une déclaration officielle signée par Jérôme Pesenti, vice-président de l’intelligence artificielle, a déclaré que, dans les semaines à venir, elle supprimera du code de Facebook le logiciel “Tag Suggestions“, c’est-à-dire la fonctionnalité introduite en 2011 qui utilise la reconnaissance faciale pour suggérer aux utilisateurs quels amis apparaissent sur leurs photos, afin de faciliter le marquage.

À la suite de ce changement, plus d’un milliard de modèles individuels de reconnaissance faciale seront supprimés. Ce changement, informe Meta, aura également un impact sur le texte alternatif automatique (TAA) qui crée des descriptions d’images pour les personnes aveugles et malvoyantes. Désormais, les descriptions AAT ne comporteront plus les noms des personnes reconnues sur les photos.

La fonction de reconnaissance faciale avait déjà soulevé des préoccupations légitimes en matière de vie privée par le passé, et ce n’est qu’en 2018 que Facebook a fait un premier pas en arrière en donnant aux utilisateurs la possibilité de la désactiver.

Facebook va payer 550 millions de dollars pour régler le procès sur la reconnaissance faciale

Plus tôt cette année, un procès intenté par des résidents de l’Illinois en 2015 contre Facebook sur cette même question a été réglé au détriment de Facebook, qui l’accusait de collecter les données biométriques des utilisateurs sans demande écrite préalable, comme l’exige la loi de l’État. La société de Menlo Park a été contrainte de verser 550 millions de dollars à la suite de cette affaire.

Ce n’est probablement pas tant le préjudice financier qui a convaincu Meta d’opérer ce changement de cap, mais plutôt le préjudice d’image et la nécessité de se décharger d’éventuelles réclamations futures, ainsi que d’alléger la pression que subit l’entreprise en matière de vie privée – et pas seulement. Selon Meta, il est actuellement nécessaire d'”évaluer les cas d’utilisation positifs de la reconnaissance faciale par rapport aux préoccupations sociétales croissantes, d’autant plus que les régulateurs doivent encore fournir des règles claires“.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.