La mémoire DDR5 arrive. Les processeurs Alder Lake-S d’Intel, attendus cet automne, seront les premiers à prendre en charge ce nouveau type de mémoire vive, qui, selon les dernières nouvelles d’ADATA, arrivera également avec des taux de transfert allant jusqu’à 12 600 MT/s. Tous les grands acteurs du secteur travaillent sur les premiers lots qui seront livrés d’ici le quatrième trimestre 2021, y compris l’américain Corsair, qui sera prêt avec au moins des modèles DDR5 6400 au lancement.

De même, Corsair – tout en discutant des nouvelles DDR5 sur sa chaîne YouTube – a révélé des détails supplémentaires sur les modules de nouvelle génération qui, en plus d’offrir des fréquences de fonctionnement plus élevées, ont une tension d’entrée/sortie de 1,1 volt par rapport aux 1,2 volt des DDR4 actuelles. En dépit de ce qui précède, il semble que la DDR5 nécessitera un bon système de refroidissement car elle chauffera davantage que les modules DDR4. Afin d’assurer une évolutivité maximale et d’atteindre des fréquences d’horloge aussi élevées, la DDR5 sera dotée de circuits intégrés de gestion de l’énergie (PMIC) spéciaux et de modules de régulation de la tension (VRM) de nouvelle génération.

Jusqu’à 1,6 Volt

Le PMIC et le VRM, par exemple, ont été déplacés de la carte mère vers le module de RAM, ce qui aura évidemment un effet direct sur la chaleur produite par le module lui-même.

Cependant, la question de la température ne devrait pas trop effrayer les utilisateurs finaux, et nous laisserons de côté la consommation d’énergie pour le moment. Ces dernières années, la plupart des modules de RAM DDR3 et DDR4 destinés au marché grand public ont été vendus avec des dissipateurs thermiques souvent surdimensionnés, surtout après l’arrivée des LED RGB. Les différents fabricants ne devraient donc avoir aucun problème à gérer les nouvelles mémoires DDR5, qui devraient atteindre 1,6 volt dans les variantes les plus puissantes.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.